Chez nous

On n'a plus de nouvelles du projet depuis 2010. Pourtant, l'enquête mettait en évidence un potentiel de report de la route vers les lignes maritimes de l'ordre de 660.000 poids lourds l'an (dans les 2 sens de circulation). Ces poids lourds effectuent des trajets directs, sans arrêts intermédiaires, entre la péninsule ibérique d'une part, l'Italie et les pays de l'Est et du Nord d'autre part. Les flux supplémentaires captables sur une ligne Barcelone-Gênes renforcée étaient estimés à l'époque à 230.000 poids lourds/an. Pour les accueillir, 3 départs quotidiens étaient à mettre en place dans les 2 sens.
Alors que le trafic poids-lourds a chuté en 2009 avec la crise économique, il a aujourd'hui retrouvé et dépassé son niveau de 2008, avec près de 7.000 camions par jour sur l'A8.
Une réunion transfrontalière, avec les autorités italiennes est prévue à Nice le 4 octobre prochain à l'initiative du maire et président de la métropole Christian Estrosi, pour "rouvrir le débat sur la régulation du trafic des poids lourds".

Et ailleurs ?

Le concept d'autoroute de la mer est relativement récent: il a été intégré en 2004 dans la politique européenne des transports, 4 régions européennes où devait être développé le merroutage ont été désignées: la Mer Baltique, l’Europe de l’Ouest (Océan Atlantique/Mer du Nord/Mer d’Irlande), l’Europe du Sud-Ouest (Mer Méditerranée occidentale) et l’Europe du Sud-Est (Mer Ionienne, Adriatique et Méditerranée orientale).
La première liaison en France a été inaugurée en 2010 entre les ports de Saint-Nazaire et Gijon, dans le nord de l'Espagne. Elle a été interrompue en 2014, faute d'être rentable économiquement pour la compagnie qui l'exploitait, malgré les aides publiques. Une autre liaison a été labellisée "autoroute de la mer" en 2015 entre Saint-Nazaire et Vigo, toujours en Espagne. En 2016, le trafic roulier du port de Nantes Saint-Nazaire, essentiellement porté par cette ligne Montoir-Vigo, a représenté 335.000 tonnes de marchandises , soit une augmentation de plus de 14% par rapport à 2015. La ligne devrait s'étendre au nord vers Zeebrugge (Belgique) et Tanger (Maroc) au sud.